Schola ULB
Connexion
Devenir tuteur

News

général

PORTRAITS CROISÉS - DÉCEMBRE 2020

2020-12-17 10:09:02
PORTRAITS

Pour cette fin d’année, Schola ULB vous présente un portrait un peu particulier puisqu’il s’agit du premier portrait « regards croisés ». C’est Yousra OUALIT, élève à l’Institut Communal Marius Renard en 6ème année technique de qualification commerciale, et Nathan MBUMBA, dit Nate, étudiant-tuteur en 3ème bachelier en Droit à l’Université Saint-Louis qui ont accepté de répondre à nos questions. Voici leurs interviews croisées :

 

Depuis quand et comment connaissez-vous Schola ULB ? Quelle(s) matière(s) du Programme Tutorat donnez/suivez-vous ?

Nathan : « Cela fait maintenant 4 ans que je suis tuteur au sein de Schola ULB pour les matières de Français, Anglais, Méthodologie, Mathématiques et l’aide aux devoirs de façon générale. Je pense que la première fois que j’en ai entendu parler, c’était via un flyer que j’ai reçu d’un étudiant qui les distribuait sur mon campus et du coup, j’ai profité de l’occasion pour envoyer ma candidature et faire partie de la communauté tuteurs ! »

Yousra : « Cette année via ma professeure de néerlandais, Mme Deneulin, qui nous en a parlé en classe et a été l’intermédiaire pour les inscriptions. J’ai suivi les cours de néerlandais et d’anglais durant les deux semaines de vacances prolongées de Toussaint. »

 

Yousra, qu’est-ce qui t’a motivée à t’inscrire au Programme Tutorat? Et toi Nathan, qu’est-ce qui t’a motivé à devenir tuteur au sein de Schola ULB ?

Yousra : « J’avais des lacunes en langues et je suis quelqu’un qui aime apprendre ; donc je n’ai pas hésité à saisir cette opportunité. »

Nathan : « Il y a 3 raisons à cela :
 Premièrement, le fait d’apporter mon aide à des élèves pour des matières qu’ils ne maitrisent pas complètement (ou pas du tout).

 Deuxièmement, les valeurs prônées par Schola m’ont directement parlé : je trouve que l’enseignement, l’éducation, l’égalité des chances ne sont pas assez présents et accessibles à la même échelle dans chaque société au niveau mondial. Par conséquent, apporter ma petite contribution de manière volontaire m’a semblé être la bonne décision et jusqu’à présent, je ne regrette aucunement mon choix.

Troisièmement, je désirais également rencontrer d’autres étudiants dans la même situation que moi et agrandir mon cercle de connaissances. »

 

Vous avez tous les deux pris part au Tutorat Vacances d’Automne de Schola ULB, toi Nathan en tant que tuteur et toi Yousra en tant qu’élève ; pouvez-vous nous dire ce que cela vous a apporté ?

Nathan : « Durant ces semaines, j’ai énormément aimé la simplicité et l’honnêteté de mes élèves. Je voulais qu’ils soient vrais sur les problèmes qu’ils éprouvent et qu’ils acceptent de leur propre gré de jouer le jeu jusqu’au bout ; et cela a été le cas.

A propos d’un fun-fact  qui m’a bien fait rire, c’était lorsqu’une élève est arrivée avec quelques minutes de retard et qu’elle stressait grave à cause d’une « panne d’oreiller » qu’elle avait eue. J’étais là en mode : « t’inquiète, il n’y pas de souci, te tracasse pas » et j’ai bien souri par après ! »

Yousra : « Ce tutorat m’a apporté énormément de richesses, que ce soit au niveau du vocabulaire comme de l’apprentissage de la langue dans son ensemble ; j’ai compris les bases et j’ai comblé plusieurs lacunes, notamment les connaissances de bases qui sont élémentaires pour progresser dans une langue.

J’aimerais d’ailleurs remercier Nathan pour l’apprentissage qu’il m’a donné mais aussi la patience qu’il a eue. Sa façon d’expliquer est vraiment bien car c’était assez clair et on comprenait plus facilement. Ces séances étaient chouettes et ludiques; apprendre en s’amusant c’est plus facile ! »

 

Avez-vous remarqué des différences entre le tutorat en présentiel et celui donné à distance ? Si oui, lesquelles ? Des points positifs – négatifs à soulever ?

Yousra : « Je dirais que la plus grande différence entre le tutorat à distance et le tutorat en classe est que le tuteur ne sait pas s’assurer que l’élève est attentif ou autre. Le tutorat en classe est tout aussi bien.

Les points positifs de ce tutorat à distance sont que les groupes étaient petits et donc, c’est assez pratique pour être entendu et aussi entendre le tuteur. Les points négatifs seraient, d’après moi, que deux semaines, ce n’était pas suffisant. J’aurais aimé avoir ce tutorat sur une plus longue durée. »

Nathan : « C’était une première et c’est vraiment fort différent par rapport au présentiel ! Le présentiel permet d’avoir une proximité directe avec les élèves car on peut aussi capter le non-verbal plus facilement, adopter une autre manière d’occuper l’espace des locaux dans lesquels on se trouve ; je bouge beaucoup, c’est pour cela que je dis ça (rires-).

En distanciel, la réalité est que ce n’est pas toujours adapté pour tout le monde – surtout dans la situation que nous vivons actuellement avec cette crise sanitaire – car tous les élèves ne sont pas logés à la même enseigne au niveau infrastructure. Les conditions dans lesquelles évoluent les élèves sont assez disparates.

Néanmoins, les avantages sont nombreux tant pour la pédagogie à adopter que pour le nombre d’élèves présents ou encore le cadre du cours qui est plus flexible, etc. Personnellement, je trouvais que je pouvais revenir plus facilement sur certains points qui n’étaient pas compris, le suivi était plus efficace puisque ça se faisait chaque jour. De plus, je n’hésitais pas à rappeler ce que j’avais expliqué la veille ou 2 jours avant s’il y avait un jour de congé juste avant la séance. »

 

■  Nathan, quels conseils donnerais-tu à un tuteur qui va donner cours à distance pour la première fois ?

Nathan : « Un bon tuteur à distance est quelqu’un qui doit avoir de la patience, être organisé et à l’écoute. C’est un moment de partage, d’apprentissage et il faut faire en sorte que cela se passe dans une ambiance studieuse mais détendue. Ne pas rendre les choses plus « scolaires » qu’elles ne le sont déjà, et aussi, être créatif dans la manière dont on peut donner le tutorat. »

 

Qu’est-ce vous diriez, l’une et l’autre, aux élèves qui hésitent à s’inscrire au Programme Tutorat ? Nathan, peux-tu également ajouter ce que tu dirais aux étudiants qui hésitent à devenir tuteurs ?

Yousra : « Je conseillerais à chaque élève motivé à réussir de s’inscrire au Programme Tutorat, aussi bien le tutorat à distance qu’en classe, durant l’année ou durant des vacances, puisqu’il est bénéfique à 100%. Je leur dirais aussi qu’on ne peut en ressortir que gagnant avec de nombreuses lacunes effacées. »

Nathan : « Aux élèves, je dirais que c’est un moment idéal pour partir du bon pied et revenir sur des éléments qui ont longuement posé problème : les questions trouvent des réponses, l’atmosphère est détendue, hors du cadre d’une atmosphère purement « scolaire » vu qu’on se trouve à la maison en principe.

Aux étudiants, je dirais qu’ils doivent savoir que l’équipe, les informations et les échanges au sein de Schola sont réellement top ! En un peu plus de 4 ans, j’ai appris énormément au travers du parcours d’autres tuteurs, de mes propres élèves et de ce qu’ils peuvent endurer positivement/négativement dans la vie car ça m’amène à réfléchir sur moi-même et à grandir en tant qu’individu.

Que ce soit en présentiel ou à distance, la qualité de ce que les futurs tuteurs recevront sera la même, voire encore meilleure, car l’équipe se challenge très souvent en trouvant de meilleurs moyens pour améliorer ce qu’elle a à offrir. »

 

Nathan, qu’aurais-tu envie de dire à tous les élèves qui s’accrochent à leur désir de réussite et suivent le tutorat de Schola ULB ?

Nathan : « Je leur dirais : « Crois en toi » ! Je constate, par moments, que certains ne sont pas conscients de leurs qualités et du potentiel qui sommeillent en eux. On passe par plusieurs stades dans la vie, les bons comme les mauvais, et avec Schola, ils ont une chance de pouvoir résorber des problèmes scolaires qui peuvent influencer aussi d’autres aspects de leur vie.

L’égalité des chances n’est pas offerte à tout le monde au niveau mondial ! Je leur dirais donc de saisir l’opportunité que représente le tutorat donné par Schola ULB comme une belle occasion d’arriver à accomplir les rêves d’avenir qu’ils peuvent avoir. »

 

■ Qu’est-ce qui vous aide à garder le moral durant cette période de re-confinement ?

Yousra : « La chose qui m’aide vraiment à garder le moral en ces temps difficiles, c’est que les cours continuent et du coup, cela motive à continuer d’avancer pour un bon avenir ! »

Nathan : « Etre en bon santé ainsi que mes proches, faire du sport en extérieur – même avec le froid – et lire, occuper mon temps en dehors de mes cours qui sont donnés en ligne. »

 

Si vous pouviez avoir un super pouvoir, lequel serait-il et pourquoi ?

Nathan : « Je voudrais bien être « l’indestructible super rapide » parce-que je trouve que 24 heures dans une journée, ce n’est pas assez pour faire tout ce que j’ai à faire même en confinement. Du coup, faire chaque tâche plus vite me ferait gagner du temps et je n’aurais pas besoin de journées de 72 heures pour tout faire (rires). »

Yousra : « Pour ma part, ça serait le super pouvoir d’arranger toutes les choses cassées, qu’elles soient réelles ou fictives, qu’elles soient grandes ou petites, qu’elles soient causées par l’humain ou par un effet naturel, afin de rendre ce monde plus doux. »