Schola ULB
Connexion
Devenir tuteur

News

général

PORTRAIT DU MOIS - MAI 2020

2020-05-12 12:47:45
PORTRAIT

Angèle KABANGU, étudiante en Master 1 en droit à l’ULB, tutrice chez Schola ULB depuis 2019 et participante en tant qu’animatrice au « Stage de printemps à distance » dont Schola ULB était partenaire, a accepté de répondre à nos questions. Voici son interview :

 

Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer dans l’aventure Schola ULB en devenant tutrice ?

Si je n’avais pas décidé de faire des études de droit, j’aurais très probablement fait des études pour devenir institutrice primaire. Grâce à cette expérience en tant que tutrice chez Schola ULB, j’ai cette superbe opportunité de travailler avec des enfants.


Comment, en tant que tutrice, essaies-tu de soutenir et d’accompagner tes élèves durant cette période particulière de confinement ?

Dans un premier temps, le tutorat à distance a été mis en place par Schola ULB pour les élèves du secondaire, chose plus compliquée à mettre sur pied pour les élèves du primaire.

Cependant, grâce à la volonté de l’équipe Schola ULB, il est désormais également possible de garder le lien avec les élèves du primaire via la réalisation de vidéos (encouragements, histoires lues, … ) à leur intention et qui sont postées sur la chaîne YouTube de l’établissement partenaire.


Qu’est-ce qui te manque le plus depuis que les séances de tutorat dans les classes ont été annulées ?

Ce qui me manque, c’est surtout le contact avec les enfants ! Ils sont vraiment exceptionnels dans leur spontanéité et leur insouciance. Du coup, les séances de tutorat, c’était ma bouffée d’air frais dans la journée.


Tu as participé en tant que tutrice-animatrice au stage de printemps en ligne pour des enfants de 6 à 13 ans dont Schola ULB était partenaire : comment cela s’est-il déroulé et comment as-tu géré tout ça ?

Schola ULB a fait appel à Miriana, une autre tutrice, et à moi-même pour la journée du mardi. Celle-ci était dédiée, d’une part, à un débat sur « l’intelligence artificielle » et d’autre part, à la lecture d’un conte.

On a donc d’abord suivi un live YouTube sur le sujet et ensuite nous en avons débattu avec les enfants via webcam sur l’application Zoom. Leurs avis m’ont d’ailleurs étonnée de par la maturité de leurs raisonnements. Nous leur avons, entre autres, demandé d’imaginer l’intelligence artificielle à l’école et leur réponse a été unanime : « L’intelligence artificielle c’est bien lorsque ça sert d’outil mais ça ne pourra jamais remplacer un être humain. »

L’après-midi, quant à elle, était consacrée à la lecture d’un conte. Les enfants l’ont d’abord suivie sur YouTube comme on l’avait préalablement enregistrée et ensuite, on en a débattu à nouveau via webcam sur l’application Zoom.  Nous avons notamment évoqué la morale de l’histoire et leur avons demandé  à quelles situations on pourrait assimiler le conte dans la réalité et s’ils avaient déjà vécu des situations similaires.

 

Que ressors-tu de cette expérience et qu’as-tu le plus apprécié ?

J’appréhendais vraiment la manière dont ça allait se passer, surtout au niveau des soucis techniques, mais finalement ça été comme sur des roulettes ! J’étais accompagnée d’une autre tutrice (Miriana) ce qui était rassurant et il s’agissait d’un petit groupe d’enfants ce qui a facilité les choses. Ce que j’ai le plus apprécié, c’est la réceptivité des enfants. Les échanges étaient vraiment enrichissants !


Que dirais-tu aux élèves qui hésiteraient à poursuivre le tutorat à distance proposé par Schola durant le confinement ?

Pour reprendre les mots de l’équipe Schola : « il s’agit d’une fenêtre d’évasion sur le quotidien ». Ça ne peut être que bénéfique en ces temps difficiles !


Que dirais-tu aux étudiants qui hésiteraient à s’inscrire à une séance d’information et de formation initiale à distance pour devenir tuteur ?

Personnellement, je ne regrette pas du tout de m’être inscrite pour devenir tutrice ! Le nombre de séances de tutorat qu’on souhaite donner dépend de nous, donc la charge de travail est tout à fait gérable. C’est vraiment une expérience humaine qui en vaut le coup.


Quelle est l’activité qui te permet de tenir le coup durant cette période de confinement ?

C’est important de maintenir une vie sociale malgré le confinement, donc, les appels vidéo/ téléphoniques aux amis et à la famille aident beaucoup. Après, il y a les réseaux sociaux, Netflix, etc … qui distraient pas mal. Sinon, on est quand même très occupés avec les examens et différents travaux. Et enfin, l’activité de tutrice permet aussi de tenir le coup.


Quelle sera la première chose que tu feras lorsque le confinement sera levé ?

Revoir mes amis (en petit comité bien-sûr ;-))